Général

Il a sculpté la statue en bois de Johnny près de Chambéry

By  | 

Le Savoyard Alain Dua est élagueur professionnel et fan absolu de Johnny Hallyday. Il l’a sculpté à la tronçonneuse il y a vingt ans à Challes-les-Eaux (Savoie).

Et si sa statue de Johnny devenait un lieu de pèlerinage ? Dès le soir de l’annonce du décès de l’Idole, on pouvait y voir des bouquets de roses déposés au pied de l’œuvre, ou encore Patrick, un habitant de Rumilly venu sous nos yeux la photographier en souvenir.

Cet hommage spontané n’étonne pas Alain Dua car en temps normal, chaque jour, une dizaine de personnes s’arrêtent devant ce qui ressemble à un totem imposant de quatre mètres de haut. Inconditionnel de Jean-Philippe Smet, Alain a désiré de tout son cœur cette statue devant son entreprise, au bord de la route, visible de tous, depuis près de vingt ans. Il l’a sculpté dans un tronc d’arbre avec d’autres employés de « Bois et montagnes » sa société d’élagage. Un sculpteur chevronné a réalisé le visage « afin qu’il soit bien reconnaissable ».

France Bleu Pays de Savoie : Comment a commencé l’aventure de la statue ?

Alain Dua : A l’âge de 16 ans, quand j’ai vu Johnny en concert à Chambéry, en 1962. Il a vécu toute notre vie avec nous, on s’est toujours identifiés à lui, dans les bonheurs et les malheurs. J’ai vu 150 concerts. Celui du Parc des Princes était le plus fort. Inoubliable. Tellement puissant. En revenant de ses concerts à Dallas, je me suis dit qu’il méritait une statue devant chez moi.

Johnny l’a vue ?

Il paraît qu’il s’est arrêté devant, il l’a vue, mais il est reparti tout de suite, ces gens sont toujours pressés. Je n’ai jamais pu le rencontrer, mais ce n’est pas grave. Il a été tellement généreux, il nous a tellement apporté. C’est Johnny. Comme on dit, une légende ne meurt jamais. Se dire qu’il va falloir vivre sans lui, c’est très dur. Il nous reste ses disques, mais il n’est plus là.

Cela vous étonne que des gens viennent aujourd’hui se recueillir et déposer des fleurs ?

Il y a des gens pour qui ça compte. Il a toujours été au top. Il est avec nous. Bon je suis peut-être un peu trop fan. Même vous, même si vous n’êtes pas fan, je suis certain que vous avez en vous un petit truc de Johnny.

Quel âge avez-vous ?

71 ans. Johnny, c’est comme un frère. Un modèle. On l’adore.

Il a parfois été critiqué, moqué. Il a chanté des choses moins bien, non ? Vous ne l’avez jamais lâché ?

Jamais ! Et jamais on ne le lâchera. Surtout pas maintenant. On ne va pas dire que c’est un Dieu, mais presque ! (rires)

Une statue qui n’a pas de prix

En 2010, la statue a été décapitée ?

Oui, par des petits jeunes qui ont fait les imbéciles. Puis il y a eu deux accidents avec des voitures qui l’ont percutée. A chaque fois, j’ai passé un mois dessus, je l’ai réparée. La statue, il faut qu’elle soit là. Et d’ailleurs, on peut m’en donner le prix qu’on veut, elle est INVENDABLE !

Des fans ont voulu l’acheter ?

Cela fait bien longtemps qu’on m’a proposé de l’acheter. Et ce sera sûrement pire à présent. Seulement voilà, elle fait partie de moi, cette statue. Je le redis : « Elle est INVENDABLE » ! Comme moi, d’ailleurs (rires).

Source: francebleu.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *